Les détaillants des EAU tardent à adhérer à la "taxe sur le péché" élargie car les anciens prix sont toujours visibles


Certains détaillants des EAU continuent de vendre des paquets de cigarettes ordinaires pour moins de 8 dirhams – malgré le nouveau prix minimum qui entre en vigueur dimanche dans le cadre de la «taxe sur le péché» élargie du gouvernement.

Malgré un préavis de plus de trois mois, plusieurs magasins aux Emirats n'ont pas modifié le prix de vente au détail de certaines marques de cigarettes, ce qui expose au risque de lourdes amendes fiscales fédérales.

Selon les nouvelles règles, annoncées pour la première fois par le cabinet des Émirats arabes unis en août, une cigarette ne peut pas être vendue pour moins de 40 fils, ce qui signifie qu'un paquet de 20 doit coûter au moins 8 Dh.

Avant cela, les fumeurs pouvaient acheter un pack pour seulement Dh3 dans certains magasins.

Un droit d'accise d'au moins 10 fils par gramme est désormais perçu sur le tabac à narguilé pour la chicha, avec un prix de vente d'au moins 100 Dh le kilo.

Les contrevenants primaires qui enfreignent la règle risquent une amende allant jusqu'à 5 000 Dh, tandis que les récidivistes, selon les autorités fiscales fédérales, encourent des amendes encore plus élevées pouvant aller jusqu'à 20 000 Dh.

Le 1er décembre, une taxe de 50% sur les boissons non gazeuses et une taxe de 100% sur les cigarettes électroniques et la vape ont été introduites dans le cadre d'un effort visant à améliorer la santé du pays.

Quand Le National s'est entretenu avec plusieurs détaillants dimanche et lundi, les cigarettes étaient toujours en vente pour moins de Dh8.

Dans une chaîne de supérettes d'Abu Dhabi, un pack de 20 Pall Mall Blue était proposé au prix de 7,50 Dh, tandis qu'un pack de 303 noirs n'était valorisé qu'à 6 Dh. Dans un deuxième magasin à Al Reef, un pack de 20 West Red a été facturé à Dh6.

Un troisième détaillant qui a des magasins à Dubai Sports City et à Dubaï Marina a vendu West Blue et West Duo pour seulement Dh6.

Bien que les prix des produits soient restés les mêmes dans de nombreux magasins au début de la semaine, les tablettes des magasins étaient en deçà de la gamme habituelle de cigarettes et de boissons non gazeuses, les clients achetant en vrac avant les hausses de prix prévues.

"Il nous reste très peu de cigarettes, je pense que les gens achètent en gros ces derniers jours à cause de la nouvelle taxe", a déclaré un détaillant.

"Nous n'avons pas encore commencé à modifier nos prix. Nous commencerons bientôt."

Cependant, les grandes chaînes de supermarchés et les détaillants de tabac semblaient s'en tenir aux nouvelles règles.

Dans le Smoker's Center du Mall of the Emirates, un paquet de Chesterfields qui avait coûté auparavant 8 Dh a été marqué pour 11,50 Dh lundi.

West Silver était une autre marque qui a vu son prix grimper de manière significative en raison de la nouvelle taxe.

Les fumeurs qui payaient auparavant 6,50 Dh pour un forfait paieraient désormais 111 Dh.

«Les gens ne se plaignent pas vraiment de la hausse des prix», a déclaré un caissier du Smoker's Center.

La mise en œuvre de la nouvelle décision (aidera) à atténuer les dommages et les coûts liés à la lutte contre les maladies causées par la consommation de ces produits

Khalid Al Bustani

"Ils étaient au courant de l'augmentation et ils fumaient encore."

En octobre, l'accord de libre-échange exigeait que toutes les entreprises inscrites au droit d'accise se conforment au prix minimum fixé pour certains produits du tabac.

Khalid Al Bustani, directeur général de l'Accord de libre-échange, a souligné que l'application d'un prix minimum pour les cigarettes et autres produits du tabac "protégerait les consommateurs et la santé de la population" et empêcherait la "manipulation des prix" à des fins d'évasion fiscale.

En septembre, l'agence a également lancé une campagne de sensibilisation invitant les entreprises à des ateliers animés par des experts de l'ALE pour donner des conseils sur les nouvelles règles et réglementations.

Les clients de Carrrefour dans le même centre commercial ont également vu le prix de leurs boissons sucrées préférées augmenter.

La succursale a vendu une bouteille de Gatorade pour 6,60 Dh lundi après-midi.

"Le gouvernement en faisait la promotion, donc les gens étaient prêts pour cela", a déclaré un vendeur.

Partout à Dubaï, à Studio City, la même bouteille a été vendue 4,75 Dh.

Cependant, le caissier a insisté sur le fait que les frais étaient le prix révisé en vertu de la nouvelle taxe.

Selon la réglementation en matière d'accises, le prix des boissons non gazeuses non gazeuses additionnées de sucre ou d'édulcorants a également augmenté.

La liste des boissons sucrées taxables comprend celles qui sont «prêtes à consommer ou sous forme de concentrés, de poudres ou de gels» selon l'accord de libre-échange.

Les produits ont été ajoutés à une liste d'articles soumis à la «taxe sur le péché» d'origine, qui est entrée en vigueur pour la première fois en octobre 2017 et comprenait le tabac et les produits du tabac, les boissons énergisantes et les boissons gazeuses.

Dans un mouvement pour "bâtir une communauté saine en limitant la consommation de produits nocifs", Al Bustani a déclaré que les nouvelles règles de tarification pourraient aider à mettre fin aux ventes de tabac de mauvaise qualité dans le pays.

"La mise en œuvre de la nouvelle décision (aidera) à atténuer les dommages et le coût de la lutte contre les maladies qui résultent de la consommation de ces produits."

La taxe de 100% sur les cigarettes électroniques et la vape a été introduite dimanche.

La taxe de 100% sur les cigarettes électroniques et la vape a été introduite dimanche.

Supplément pour les cigarettes électroniques

Les fumeurs de Dubaï qui se sont tournés vers la cigarette électronique doivent également creuser un peu plus pour leurs marques préférées aux EAU.

Les cigarettes électroniques et les appareils de vapotage ont été touchés par le nouveau tarif, les prix doublant du jour au lendemain dans de nombreux cas.

Bien que les ventes de ces produits aient été légalisées aux Émirats arabes unis à la mi-avril, de nombreux détaillants ont été déroutés par les règles de tarification et ne les ont pas vendus en magasin.

Cependant, dimanche et lundi, certains détaillants, dont plusieurs stations Adnoc, ont commencé à les vendre aux clients.

Dans un magasin d'Abu Dhabi, un stylo hexa et une capsule hexa ont été proposés pour 140 Dh, tandis qu'un paquet de recharges de framboises pour la même e-cigarette pouvait être acheté pour Dh67.

A Dubaï, le populaire chargeur de cigarette électronique Heet a doublé de 250 à 500 Dh, tandis que les paquets de 20 cigarettes compatibles avec l'appareil étaient exonérés de taxe car ils contenaient du vrai tabac.

Le My Blu Vape Pen du Smoker's Center coûte également deux fois plus cher, passant de 25 Dh à 50 Dh.

Un détaillant de vapoteurs en ligne qui ne souhaitait pas être nommé a déclaré qu'il modifierait le prix de ses appareils électroniques et de ses liquides de vapotage une fois qu'il «aurait réapprovisionné» son inventaire.

«Pour autant que je pense, la réévaluation commence aujourd'hui, mais nous avons beaucoup de produits qui ne sont pas conformes aux nouvelles règles, nous devons donc commander de nouveaux articles.

«La vente de cigarettes électroniques et de vapoteurs n'a été légalisée qu'au début de cette année, nous sommes donc toujours à jour.

"Dès que nos concurrents changeront leurs prix, nous ferons probablement de même cette semaine", a-t-il déclaré.

Mis à jour: 2 décembre 2019, 19 h 12

Freetobacco