Pipe à eau — Wikipédia


Type de conduite d'eau

Pipe à eau — Wikipédia 1
Pipe à eau — Wikipédia 2

UNE narguilé (Hindoustani: हुक़्क़ा (Devanagari), حقہ (Nastaléq), API : (ˈꞪʊqːa); voir aussi d'autres noms),(1)(2) ou alors chicha, est un instrument à tige simple ou multiple pour chauffer ou vaporiser puis fumer du tabac, du tabac aromatisé (souvent Mu'assel) ou parfois du cannabis, du haschich et, dans le passé, de l'opium. Avant l'inhalation, la fumée est passée à travers une flaque d'eau, souvent à base de verre.(3)(4)(5)(6)

Les risques pour la santé de fumer à travers un narguilé comprennent l'exposition à des produits chimiques toxiques qui ne sont pas filtrés par l'eau(7) et le risque de maladies infectieuses lorsque les pipes à chicha sont partagées.(8e)(9)

Il existe deux théories sur l'origine du narguilé. La première est qu'après l'introduction du tabac par les jésuites dans l'Inde médiévale, et depuis lors, l'usage du tabac s'est généralisé. Le narguilé ou pipe à eau a été inventé par Abu'l-Fath Gilani, un médecin persan d'Akbar, dans la ville indienne de Fatehpur Sikri pendant la période moghole en Inde ;(dix)(11) La conduite d'eau s'est propagée du sous-continent indien d'abord à la Perse, où le mécanisme a été reconstruit sous sa forme actuelle, puis au Moyen-Orient.(12) Alternativement, il pourrait provenir de la dynastie safavide de Perse,(13)(14) d'où il s'est finalement propagé au sous-continent indien.(quinze)(16)

Bien que la consommation de tabac et de drogue ait été considérée comme tabou lors de la conception du narguilé, son utilisation est devenue de plus en plus populaire parmi la noblesse et plus tard largement acceptée.(17) Progressivement, le tabac brûlé a été remplacé par la vaporisation de chichas aromatisées. La conduite d'eau d'origine est encore souvent utilisée dans les régions rurales d'Asie du Sud et est toujours utilisée Tumbak (une forme pure et grossière de feuille de tabac non aromatisée) et fumée en la brûlant directement avec du charbon de bois.(18) Bien que cette méthode fournisse des niveaux beaucoup plus élevés de tabac et de nicotine, elle a également plus d'effets négatifs sur la santé par rapport aux pipes à eau vaporisées pour narguilé.(Devis nécessaire)

Le mot pipe à eau est dérivé de « huqqa », un mot hindoustani,(2)(19)(20) d'origine arabe (dérivé de حقة ouqqa, "Coffret, bouteille, conduite d'eau").(21) En dehors de sa région d'origine, fumer le narguilé a gagné en popularité dans le monde entier.(12) surtout avec les plus jeunes.(22)

Noms et étymologie(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 3
Pipe à eau — Wikipédia 4

Le mot hindoustani est dans le sous-continent indien huqqa (Devanagari : हुक़्क़ा, Nastaleeq : حقہ) est utilisé et est à l'origine du mot anglais "narguilé".(1)(23) L'utilisation répandue du mot indien "shisha" dans la langue anglaise est le résultat de la colonisation de l'Inde britannique (1858-1947) lorsqu'un grand nombre d'émigrants britanniques ont d'abord essayé le narguilé.(24) William Hickey, peu de temps après son arrivée à Calcutta, en Inde, en 1775, a écrit dans son souvenirs:

Le narguilé le plus habillé et le plus splendide m'a été préparé. J'ai essayé mais je n'ai pas aimé. Comme j'étais encore mal à l'aise après plusieurs tentatives, j'ai demandé avec un grand sérieux s'il était absolument nécessaire de devenir fumeur, ce qui m'a été répondu avec le même sérieux : Monde comme démodé. Ici tout le monde utilise un narguilé et il est impossible de s'en passer… (J'ai) souvent entendu des hommes dire qu'ils préféreraient de loin être privés de leur dîner plutôt que de leur narguilé."(25)

Arabe: لة, romanisé : 'Arjalah,(26) est le nom le plus courant au Liban, en Syrie, en Palestine, en Jordanie, en Azerbaïdjan, en Ouzbékistan, au Koweït et en Irak, tandis que Narguila (Hébreu: נַרְגִּילָה, arabe : ارجيلة) est le nom le plus couramment utilisé en Israël. Il est dérivé de nrgil (Persan: ارگیل), qui à son tour vient du mot sanskrit nrikela (नारिकेल), qui signifie noix de coco, suggérant que les premiers narguilés étaient taillés dans des coquilles de noix de coco.(27)(28) En persan, on l'appelle qalyān (لیان).

En Serbie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine du Nord, Grèce, Turquie et Bulgarie na (r) gile (на (р) гиле) ou na (r) gila (на (р) гила) est utilisé pour désigner le tuyau,(29) tandis que iša (шиша) fait référence à شیشه (šiše), qui signifie bouteille en verre en persan. Les tuyaux y ont souvent un ou deux embouchures. Le tabac aromatisé, qui est fabriqué en faisant mariner des morceaux de tabac dans une variété de mélasse aromatisée, est placé sur l'eau et recouvert d'une feuille percée sur laquelle des charbons ardents sont placés, et la fumée est aspirée à travers de l'eau froide pour la refroidir et à filtrer. En Albanie, la conduite d'eau est appelée « lula » ou « lulava ». En Roumanie, on l'appelle narghilé.

"Narguilé"(30) est le mot courant en Espagne qui fait référence à la pipe, bien que "Cachimba"(31) est également utilisé avec "shisha" par les immigrés marocains en Espagne. Le mot « narguilé » est utilisé en portugais. "Narguilé" est également utilisé en français avec "chicha".

Arabe: شيشة, romanisé : vu, du mot turc şişe, qui signifie "bouteille en verre", est le terme commun pour la conduite d'eau en Egypte, au Soudan et dans les pays de l'ancien Empire ottoman tels que la péninsule arabique (dont le Koweït, Bahreïn, Qatar, Oman, Emirats, Yémen et Arabie Saoudite). ), Algérie, Tunisie. Il est également utilisé au Maroc et en Somalie.(32) Au Yémen, le terme arabe est : اعة, romanisé : madā`a) est également utilisé, mais pour les pipes avec du tabac pur.

En Perse, la conduite d'eau est appelée "qalyān" (لیان). Le Qalyan persan est inclus dans le premier recueil européen du tabac, le tabacologie écrit par Johan Neander et publié en néerlandais en 1622. Il semble que les narguilés aient acquis une connotation persane au fil du temps, car les pipes les plus en vogue ont été nommées en Égypte au XVIIIe siècle. Karim Khan selon le souverain persan du jour.(33) Ce nom est également utilisé en Ukraine, en Russie et en Biélorussie.(34)

En Ouzbékistan et en Afghanistan, une conduite d'eau s'appelle piment.(35)

Au Cachemire, la conduite d'eau s'appelle "Jajeer".(36)

Aux Maldives, la conduite d'eau s'appelle "Guduguda".(37)

En Allemagne, en Autriche et en Suisse, la chicha s'appelle "shisha".(38)(39)(meilleure source nécessaire)

La chicha est appelée « hitboo » aux Philippines et est généralement utilisée pour fumer de la marijuana aromatisée.(40)

La pipe à chicha est également connue sous le nom de "pipe marra" au Royaume-Uni, en particulier dans le nord-est où elle est utilisée à des fins récréatives.(41)

En sindhi, une autre langue d'Asie du Sud, il est dit huqqo (حقو / हुक़्क़ो).(42)

Au Vietnam ça s'appelle la chicha Chicha Chicha (bình Shisha) et Shisha s'appelle « tabac à chicha » (Thuốc Shisha).(43)

l'histoire(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 5

Dans la ville indienne de Fatehpur Sikri, des missionnaires catholiques de la Compagnie de Jésus venus du sud du pays ont apporté du tabac à l'empereur moghol Akbar le Grand (1542-1605 après JC).(44) Louis Rousselet écrit que le médecin d'Akbar, Hakim Aboul Futteh Ghilani, a inventé la conduite d'eau en Inde à l'époque.(dix)(45)(46)
Cependant, un quatrain d'Ahlī Shirazi (d. 1535), un poète persan, fait référence à l'utilisation du alyān (Falsafī, II, p. 277 ; Semsār, 1963, p. 15) et date donc son utilisation au moins aussi tôt comme l'époque du Shah Ṭahmāsp I. Il semble donc qu'Abu'l-Fath Gilani soit à attribuer à l'introduction de l'āalyān déjà utilisé en Perse en Inde.(47) Cependant, il n'y a aucune preuve de l'existence de l'aqueduc jusqu'aux années 1560. De plus, on pense que le tabac est arrivé en Inde au XVIIe siècle, époque à laquelle le cannabis était fumé en Inde, ce qui suggère qu'une autre substance a probablement été fumée dans les quatrains d'Ahlī Shirazi, peut-être par une méthode différente.(48)

Après l'introduction européenne du tabac en Perse et en Inde, Hakim Abu'l-Fath Gilani, originaire de Gilan, une province du nord de la Perse, a immigré à Hamarastan.(49) Plus tard, il est devenu médecin à Mughal Court et a soulevé des problèmes de santé après que le tabagisme est devenu populaire auprès des nobles indiens.(50) Plus tard, il a envisagé un système qui permettrait à la fumée de passer à travers l'eau pour être "purifiée".(dix) Gilani a présenté le. devant alyan après Asad Beg, l'ambassadeur de Bijapur, a encouragé Akbar I. à commencer à fumer.(dix) Après sa popularité parmi les nobles, ce nouvel appareil à fumer est rapidement devenu un symbole de statut de l'aristocratie et de la noblesse indiennes.(dix)(46)

Développement moderne(éditer)

Au lieu du cuivre, du laiton et des alliages de mauvaise qualité, les fabricants utilisent de plus en plus l'acier inoxydable et l'aluminium. Au lieu du cuir et du fil, des composés de caoutchouc de silicone sont utilisés pour les tuyaux à chicha. De nouveaux matériaux rendent les narguilés modernes plus durables, éliminent les odeurs lors du tabagisme et permettent un lavage sans corrosion ni dégradation bactérienne. Les nouvelles technologies et les tendances du design moderne changent l'apparence des conduites d'eau.(51)

Malgré les avantages évidents des narguilés modernes, la plupart des narguilés sont encore fabriqués à l'aide de technologies plus anciennes en raison du coût de production élevé et du manque d'équipements modernes dans les régions de fabrication traditionnelles de narguilés.

Culture(éditer)

Asie du sud(éditer)

Inde(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 6

Le travail compliqué sur un narguilé Malabar.

Pipe à eau — Wikipédia 7
Les hommes du village de Gaddi avec shisha, sur chemin de montagne près de Dharamshala, Inde.

Le concept de la conduite d'eau est probablement originaire de l'Inde médiévale.(52)(46)(11) Autrefois la province des riches, elle était extrêmement populaire, surtout pendant la domination moghole. Le narguilé est depuis devenu moins populaire ; cependant, il attire à nouveau l'attention des masses, et les cafés et restaurants qui le proposent comme produit de consommation sont populaires. L'utilisation de narguilés de l'Antiquité n'était pas seulement une coutume en Inde, c'était une question de prestige. Les classes riches et aisées fumeraient des pipes à eau.

Le tabac est fumé dans les conduites d'eau selon les coutumes traditionnelles dans de nombreux villages. Fumer de la mélasse de tabac est de plus en plus populaire parmi les jeunes en Inde. Il existe plusieurs chaînes de clubs, bars et cafés en Inde qui offrent une plus grande variété d'options mu'assels, y compris les versions sans tabac. La chicha a récemment été interdite à Bangalore. Cependant, il peut être acheté ou loué pour un usage personnel ou pour des fêtes organisées.(53)

Koyilandy, un petit village de pêcheurs sur la côte ouest de l'Inde, fabriquait et exportait autrefois des conduites d'eau à grande échelle. Ceux-ci sont connus sous le nom de hookhas Malabar ou hookhas Koyilandy. Aujourd'hui, ces narguilés complexes sont difficiles à trouver en dehors de Koyilandy et deviennent de plus en plus difficiles même à Koyilandy même.

Avec la réapparition du narguilé en Inde, il y a eu récemment de nombreux raids et interdictions de fumer du narguilé, en particulier au Gujarat.(54)

Pakistan(éditer)

Bien qu'il soit traditionnellement répandu dans les zones rurales depuis des générations,(55) Fumer le narguilé est devenu très populaire dans les villes cosmopolites du Pakistan. Vous pouvez voir de nombreux cafés au Pakistan proposer à leurs invités de fumer des pipes à eau. De nombreux ménages ont même des narguilés pour fumer ou à des fins de décoration.

Au Pendjab, au Pakhtunkhwa et au nord du Baloutchistan, la partie supérieure sur laquelle les charbons sont placés est appelée Chillum.

Dans les grandes villes comme Karachi et Lahore, les cafés et restaurants proposent des chichas et sont facturés à l'heure. En 2013, il a été interdit par la Cour suprême pakistanaise. Les propriétaires de café ont commencé à proposer de la chicha aux mineurs, ce qui était la principale raison de l'interdiction.(56)

Bangladesh(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 8

La conduite d'eau (en bengali : হুক্কা, romanisé : hukka) est un instrument à fumer traditionnel au Bangladesh, en particulier parmi l'ancienne noblesse musulmane bengali Zamindar.(57) Cependant, les narguilés aromatisés ont été introduits au début des années 2000. Les salons à chicha se sont répandus assez rapidement dans les zones urbaines entre 2008 et 2011 et sont devenus populaires comme méthode de relaxation chez les jeunes et les personnes d'âge moyen. Il y avait des allégations selon lesquelles le gouvernement réprimait les bars à chicha pour empêcher la consommation de drogues illégales.(58) Le narguilé est également un symbole électoral pour un candidat utilisé pour la première fois aux élections générales de 1973 au Bangladesh.(59) Dans la biographie de Mountstuart Elphinstone, il est mentionné que James Achilles Kirkpatrick un Bardar de chicha (Serviteur/préparateur de narguilé) durant son séjour sur le sous-continent indien. Le serviteur de la chicha de Kirkpatrick aurait volé et trompé Kirkpatrick, se serait rendu en Angleterre et se serait présenté comme le. avoir stylisé Prince de Sylhet. L'homme, vraisemblablement d'origine Sylhet, a été servi par le Premier ministre britannique William Pitt le Jeune puis a dîné avec le duc d'York avant de se présenter à George III.(60)

Népal(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 9

Une chicha dans un restaurant au Népal.

Pipe à eau — Wikipédia 10

Narguilés (हुक़्क़ा), surtout en bois, sont populaires au Népal. L'utilisation de narguilés est généralement considérée dans l'histoire népalaise comme le symbole d'un statut familial élitiste.(61)

Pipe à eau — Wikipédia 11

Huble Buble signe Katmandou. 1993

De nos jours, il existe des "bars à chicha" spéciaux dans les villes de Katmandou, Pokhara et Dharan. Bien que les narguilés deviennent de plus en plus populaires auprès des jeunes et des touristes, le nombre global de « fumeurs de narguilés » est susceptible de diminuer en raison de la disponibilité généralisée de cigarettes moins chères.(62)

moyen-Orient(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 12

Dans le monde arabe et au Moyen-Orient, les gens fument des pipes à eau dans le cadre de leur culture et de leur tradition. Les noms locaux des narguilés au Moyen-Orient sont argila, čelam / čelīm, ḡalyān ou ghalyan, ḥoqqa, nafas, narguilé et chicha.(47)

Le tabagisme social se fait avec un narguilé à tuyau simple ou double, et parfois même des narguilés à tuyau triple ou quadruple sont utilisés lors de fêtes ou de petits rassemblements. Lorsque le fumeur a terminé, il remet le tuyau sur la table pour indiquer qu'il est disponible ou le passe d'un utilisateur à l'autre pour que l'embout buccal ne soit pas dirigé vers le destinataire.

La plupart des cafés du Moyen-Orient proposent des chichas.(63) Les cafés sont très répandus et comptent parmi les lieux de rencontre sociale les plus importants du monde arabe (comme les restaurants en Grande-Bretagne).(64)

Perse(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 13
Pipe à eau — Wikipédia 14

Femme persane avec conduite d'eau (Qalyan), 1900, Iran

La date exacte de la première utilisation de alyān en Perse est inconnue. La première preuve littéraire connue de la conduite d'eau, cependant, provient d'un quatrain d'Ahlī Shirazi (m. 1535), un poète persan qui fait référence à l'utilisation du alyān.(65) son utilisation remonte au moins à l'époque de Shah Ṭahmāsp I. Cela suggère que la conduite d'eau était déjà utilisée dans l'ancienne Perse et qu'elle a rapidement trouvé son chemin vers l'Inde.(Devis nécessaire)

Bien que le Safavid Shah ʿAbbās I ait fermement condamné l'usage du tabac, fumer par ḡalyān et čopoq (q.v.) était devenu courant à tous les niveaux de la société à la fin de son règne, y compris les femmes. Dans les écoles, les enseignants et les élèves avaient des ḡalyāns pendant que les cours se poursuivaient.(66) Shah Safi de Perse (1629-1642) a déclaré une interdiction totale du tabac, mais les revenus de sa consommation l'ont persuadé de lever l'interdiction bientôt.(67) L'utilisation de ḡalyāns est devenue si répandue qu'un groupe de pauvres est devenu des amateurs professionnels de pipes à eau en cristal. A l'époque d'Abbas II de Perse (règne 1642-1666) l'usage de la conduite d'eau était devenu une addiction nationale.(68) Le Shah (Roi) avait ses propres serviteurs privés à alyān. La position de l'offre de conduite d'eau (ndalyāndār) date apparemment de cette époque. À cette époque également, les réservoirs étaient fabriqués en verre, en céramique ou en une sorte de citrouille. En raison de la qualité insatisfaisante du verre natif, des récipients en verre étaient parfois importés de Venise.(69) À l'époque de Soliman Ier de Perse (règne de 1694 à 1722), les āalyāns étaient de plus en plus décorés. Les riches possédaient des pipes en or et en argent. Les masses dépensaient plus pour les alyans que pour l'essentiel.(70)

Un envoyé du sultan Husayn (r. 1722-1732) à la cour de Louis XV. de France, en route pour l'audience royale à Versailles, avait un officier avec son entourage tenant son hisalyān, qu'il utilisait pendant que sa voiture était en mouvement.(71) Nous n'avons aucune trace de l'utilisation de alyān à la cour de Nader Shah, bien que son utilisation semble s'être poursuivie sans interruption. Il y a des portraits de Karim Khan de la dynastie Zand d'Iran et de Fat′h-Ali Shah Qajar les représentant en train de fumer le alyān.(72)
Les Iraniens ont un tabac spécial appelé Khansar (خانسار, probablement le nom de la ville d'origine, Khvansar). Les charbons seraient placés sur le khansar sans papier d'aluminium.(73)

Arabie Saoudite(éditer)

L'Arabie saoudite est en train d'appliquer des interdictions générales de fumer dans les lieux publics. Cela inclut les narguilés.(74)(75) De plus, la ville de Riyad a interdit les cafés à chicha dans les limites de la ville.

Syrie(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 15

Bien que le narguilé était considéré comme une caractéristique culturelle importante de la Syrie (voir Fumer en Syrie), le narguilé avait perdu de sa popularité pendant la majeure partie du 20e siècle et était principalement utilisé par les hommes plus âgés. Comme dans d'autres pays du Moyen-Orient, son utilisation a considérablement augmenté dans les années 1990, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes.(76)(77) En 2004, avant la guerre civile syrienne, 17 % des 18 à 29 ans, 10 % des 30 à 45 ans et 6 % des 46 à 65 ans se disaient narghilés. et la consommation était plus élevée chez les hommes que chez les femmes.(77) Des données plus récentes ne sont pas disponibles.

dinde(éditer)

Narguilé fait partie de la culture turque à partir du 17ème siècle. C'est alors qu'il est devenu connu dans la société et a été utilisé comme symbole de statut. Narguilé était une coutume turque si importante qu'elle a même déclenché une crise diplomatique entre la France et l'Empire ottoman.(78) La Turquie occidentale est connue pour sa production de céramique traditionnelle, où les potiers fabriquent des objets en terre cuite, notamment narguilé Boules.(79)

Asie du sud est(éditer)

En Asie du Sud-Est, la conduite d'eau, où elle est principalement appelée chicha, était principalement utilisée au sein des communautés arabes et indiennes.(Devis nécessaire)

La chicha était pratiquement inconnue en Asie du Sud-Est avant le 20e siècle, mais sa popularité parmi les jeunes contemporains augmente considérablement.(Devis nécessaire) Les villes les plus cosmopolites d'Asie du Sud-Est, Makati, Bangkok, Singapour (désormais interdites),(80) Phnom Penh, Siem Reap, Hanoï et Ho Chi Minh-Ville comptent désormais divers bars et clubs qui proposent des narguilés à leurs invités.(Devis nécessaire)

Bien que l'utilisation du narguilé soit courante depuis des centaines d'années et appréciée par des personnes de tous âges, elle est récemment devenue un passe-temps pour les jeunes en Asie. Les chichas sont les plus populaires auprès des étudiants et des jeunes adultes qui peuvent être mineurs et incapables d'acheter des cigarettes.(81)

Kenya(éditer)

La chicha est appelée chicha au Kenya. Ils sont officiellement interdits dans le pays. Même ainsi, de nombreux clubs défient toujours la loi et le narguilé continue de fumer dans les zones urbaines.(82)(83)

Afrique du Sud(éditer)

En Afrique du Sud Shisha, familièrement comme a. connu pétillante pétillante ou un Okka tube, est populaire auprès des populations malaises et indiennes du Cap, le fumant comme passe-temps social.(84)(échec de la vérification) Cependant, la conduite d'eau jouit d'une popularité croissante parmi les Sud-Africains, en particulier parmi les jeunes.(85) Les bars qui proposent également des narguilés deviennent de plus en plus populaires, bien que le tabagisme se fasse généralement à la maison ou dans des lieux publics tels que les plages et les aires de pique-nique.(Devis nécessaire)

En Afrique du Sud également, la terminologie des différents composants de la chicha diffère de celle des autres pays. L'argile "tête/bol" est connue sous le nom de "pot d'argile". Les tuyaux sont appelés « tuyaux » et la soupape d'évent est appelée « raccord ».(Devis nécessaire)

Le pare-brise (qui est considéré comme facultatif pour une utilisation en extérieur)(Devis nécessaire)) est connu sous le nom de "As-jas", qui se traduit directement de l'afrikaans en anglais par "veste en frêne". La fabrication/préparation du « pot d'argile » est aussi communément appelée « soutirage du hubbly ».(Devis nécessaire)

Certains scientifiques indiquent que la pipe à marijuana est l'origine africaine de la pipe à eau.(86)

États-Unis et Canada(éditer)

Pipe à eau — Wikipédia 16

Dans les années 1960 et 1970, les pipes à eau étaient, entre autres, un instrument populaire pour consommer divers types de tabac.(87) Lors de fêtes ou de petits rassemblements, le tuyau à chicha était distribué, les utilisateurs participant à leur guise. En règle générale, cependant, des flammes nues étaient utilisées au lieu de charbons brûlants.

Aujourd'hui, les narguilés, ainsi qu'une variété de marques de tabac et d'accessoires, sont facilement disponibles dans les magasins de tabac et certaines stations-service aux États-Unis. En plus de fumer le narguilé privé, des salons ou des bars à narguilé ont ouvert dans les villes du pays.

Récemment, certaines villes, comtés et États ont interdit de fumer à l'intérieur. Dans certaines juridictions, les entreprises de narguilé peuvent être exemptées des directives par le biais de permis spéciaux. Cependant, certains permis ont des exigences, comme l'entreprise qui tire un certain pourcentage minimum de ses revenus de l'alcool ou du tabac.

Dans les villes où il est interdit de fumer à l'intérieur, les bars à chicha ont été contraints de fermer ou de passer à des mélanges sans tabac. Dans de nombreuses villes, cependant, les salons de chicha jouissent d'une popularité croissante.(88) De 2000 à 2004, plus de 200 nouveaux cafés à chicha ont été ouverts, la plupart pour les jeunes adultes(89) et à proximité des campus universitaires ou des villes avec de grandes communautés du Moyen-Orient. Cette activité gagne en popularité parmi les étudiants de niveau postsecondaire.(90) La consommation de chicha chez les lycéens est passée de 9,4% à 3,4% de 2014 à 2019, tandis que le tabagisme est passé de 9,2% à 5,8% au cours de la même période, selon le CDC américain.(91)(92)(93) Selon une étude de 2018, 1,1 % des étudiants titulaires d'un diplôme collégial mais sans diplôme, diplôme d'associé ou baccalauréat ont déclaré consommer du narguilé ou du tabac à pipe tous les jours ou quelques jours.(94) En novembre 2017, au moins 2 082 collèges ou universités aux États-Unis avaient des directives de campus 100 % sans fumée qui tentaient d'interdire de fumer à l'intérieur et à l'extérieur du campus, y compris les dortoirs.(95)

Structure et fonctionnement(éditer)

Composants(éditer)

Outre les œillets, un narguilé est composé d'un certain nombre d'éléments, dont quatre sont essentiels à son fonctionnement.

bol(éditer)

Également connue sous le nom de tête de narguilé, la tête est un récipient, généralement en argile, en marbre ou en verre, qui contient le charbon et le tabac pendant la séance de fumage. Le bol est rempli de tabac puis recouvert d'un tamis ou d'une feuille d'aluminium perforée. Des charbons allumés sont ensuite placés sur le dessus, ce qui permet au tabac de se réchauffer à la bonne température.

Pipe à eau — Wikipédia 17

Les bols à chicha peuvent souvent être fabriqués à partir de différents fruits, par exemple en coupant un ananas en deux. Le fruit est évidé et perforé pour avoir la même forme et le même système qu'un bol d'argile, puis il est chargé et utilisé de la même manière.

Les plateaux ont évolué au cours des dernières années pour incorporer de nouvelles conceptions qui empêchent les jus du tabac de couler le long de la tige. Le bol Tangiers Phunnel et le bol Sahara Smoke Vortex sont deux exemples de ces bols.

Brise-vent(éditer)

Une couverture anti-vent Shisha est une couverture qui repose sur la zone du bol et est dotée d'une sorte de trous d'aération. Cela empêche le vent d'augmenter la vitesse de combustion et la température du charbon, et empêche les cendres et les braises brûlantes d'être soufflées sur la zone environnante. Cela peut également fournir une protection limitée contre le feu car cela peut empêcher le charbon d'être éjecté lorsque le narguilé est heurté.

tube(éditer)

Le tuyau (un ou plusieurs) est un tuyau mince et flexible qui permet à la fumée d'être aspirée à distance et de la refroidir avant de l'inhaler. L'extrémité est généralement équipée d'un embout buccal en métal, en bois ou en plastique de différentes formes, tailles, couleurs ou types de matériaux. Heutzutage besteht der eigentliche Schlauch normalerweise aus Vinyl, wodurch er leicht gereinigt werden kann. Laut J. S. Gamble in Ein Handbuch der indischen Hölzer 1902 (S. 668) die Rinde der weißen Himalaya-Birke Betula utilis ssp. jacquemontii wurde verwendet, um frühe Shisha-Röhren herzustellen.

Spülventil(bearbeiten)

Viele Wasserpfeifen sind mit einem Spülventil ausgestattet, das mit dem Luftraum im Wasserglas verbunden ist, um abgestandenen Rauch zu entfernen, der zu lange ungenutzt im Glas sitzt. Dieses Einwegventil ist normalerweise ein einfaches Kugellager, das über einem Anschluss sitzt, der den Anschluss allein durch die Schwerkraft abdichtet und sich öffnet, wenn durch Blasen in den Schlauch ein Überdruck erzeugt wird. Das Lager wird mit einem aufschraubbaren Deckel unverlierbar gehalten. Die Abdeckung sollte geöffnet und Lager und Sitz regelmäßig von Rückständen und Korrosion gereinigt werden, um eine ordnungsgemäße Abdichtung zu gewährleisten.

Wasserbasis(bearbeiten)

Pipe à eau — Wikipédia 18

Holzarbeiter aus Damaskus, Syrien, die Holzkomponenten für die Shisha-Produktion herstellen (19. Jahrhundert)

Der Körper der Shisha sitzt auf der Wasserbasis oder wird manchmal als Vase bezeichnet. Das Unterrohr hängt unterhalb des Wasserspiegels im Glas. Rauch strömt durch den Körper und aus dem Unterrohr, wo er durch das Wasser sprudelt. Dies kühlt und befeuchtet den Rauch. Flüssigkeiten wie Fruchtsaft können dem Wasser zugesetzt oder als Ersatz verwendet werden. Fruchtstücke, Minzblätter und Crushed Ice können hinzugefügt werden.

Teller(bearbeiten)

Ein Teller oder Aschenbecher befindet sich direkt unter der Schüssel, um die von den Kohlen fallende Asche aufzufangen.

Ösen(bearbeiten)

Ösen in einer Wasserpfeife werden normalerweise zwischen der Schüssel und dem Körper, zwischen der Dichtung des Körpers und dem Wasserbehälter und zwischen dem Körper und dem Schlauch angebracht. Die Ösen sind zwar nicht unbedingt erforderlich (die Verwendung von Papier oder Klebeband ist üblich geworden), helfen jedoch dabei, die Fugen zwischen den Teilen abzudichten, wodurch die einströmende Luftmenge verringert und die eingeatmete Rauchmenge maximiert wird.

Diffusor(bearbeiten)

Ein Stück, das an der Unterseite des Stiels angebracht ist, normalerweise aus Kunststoff und in einem Gittermuster, um einen sanfteren Rauch und ein gedämpftes Geräusch zu erzeugen. Durch das Aufbrechen der natürlich größeren Blasen, die das Wasser aus dem Rohr aufsteigen, in kleinere Blasen, verringert es die Saugkraft oder den "Zug", die erforderlich ist, um weiterhin Rauch in die Kammer zu bringen. Dies kühlt auch den Rauch effizienter ab. Es wird als Luxusartikel für ein besseres Raucherlebnis verwendet und ist kein erforderlicher Bestandteil.

HMD

Ein HMD (bekannt als Heat Management Device) ist im Allgemeinen ein Metallgerät, das auf der Folie oder direkt auf der Shisha / dem Tabak platziert wird, um Kohlen zu enthalten und den Tabak gleichmäßig zu erhitzen. HMDs können mit oder anstelle von Folie verwendet werden und machen den Räucherprozess weniger variabel in der Wärmeverteilung.

Verbrauchsartikel(bearbeiten)

Mu‘assel(bearbeiten)

Tabak oder Mu'assel (arabisch: معسل, was "honigartig" bedeutet), manchmal auch Shisha genannt, an Orten, an denen es sich nicht auf die Wasserpfeife selbst bezieht, ist eine sirupartige Tabakmischung mit Melasse und pflanzlichem Glycerin als Feuchtigkeitsspender und speziellen Aromen, die hinzugefügt werden es. Typische Geschmacksrichtungen von Mu‘assel sind Apfel, Traube, Guave, Zitrone, Minze sowie viele andere Fruchtmischungen. In bestimmten Gegenden, in denen das Rauchen verboten ist, ist auch Mu'assel ohne Tabak erhältlich.

Holzkohle(bearbeiten)

Holzkohle ist die Energiequelle, um Wärme zu erzeugen, die auf den Tabak im Inneren der Schale übertragen wird. Da das Glycerin verwendet wird, um den Tabak mit Feuchtigkeit zu versorgen und dann Rauch zu erzeugen, sollte die Holzkohle in der Lage sein, Wärme über dem Siedepunkt von Glycerin von 290 °C zu erzeugen. Daher muss Holzkohle zum Rauchen von Wasserpfeifen hart sein, eine hohe Dichte aufweisen, sich leicht entzünden und bei anhaltender Hitze länger brennen.(96)

Operation(bearbeiten)

Pipe à eau — Wikipédia 19

Shisha-Querschnittsansicht
Pipe à eau — Wikipédia 20

Das Gefäß am Boden der Wasserpfeife ist mit Wasser gefüllt, das ausreicht, um einige Zentimeter des Körperrohres, das fest damit verbunden ist, unterzutauchen. Tieferes Wasser erhöht nur die Einatemkraft, die für die Verwendung erforderlich ist. Tabak oder tabakfreie Melasse wird in den Kopf der Shisha gelegt. Oft wird die Schüssel mit perforierter Zinnfolie oder einem Metallsieb abgedeckt und Kohle darauf gelegt. Die Folie oder das Sieb trennt die Kohle und den Tabak, wobei die Folie und der Tabak maximale Temperaturen von 450 bzw. 130 Grad Celsius erreichen.(97) These temperatures are too low to sustain combustion and considerably lower than the 900 degrees Celsius found in cigarettes.(98) A larger fraction of the smoke condensates of the hookah are produced by simple distillation rather than by pyrolysis and combustion, and as a result, would tend to carry considerably less of the pyrosynthesized compounds found in cigarette smoke.(97)

As a result of suction through the hose, a vacuum is created in the headspace of the water bowl sufficient to overcome the small static head of the water above the inlet pipe, causing the smoke to bubble into the bowl. At the same time, air is drawn over and heated by the coals. It then passes through the tobacco mixture where due to hot air convection and thermal conduction from the coal, the mainstream aerosol is produced.(99) The vapor is passed down through the body tube that extends into the water in the jar. It bubbles up through the water, losing heat, and fills the top part of the jar, to which the hose is attached. When a user inhales from the hose, smoke passes into the lungs, and the change in pressure in the jar pulls more air through the charcoal, continuing the process.
Vapour that has collected in the bowl above the waterline may be exhausted through a purge valve, if present. This one-way valve is opened by the positive pressure created from gently blowing into the hose.

Health effects(edit)

Exposure to toxic chemicals(edit)

Hookah smoke contains toxic chemicals, including carcinogens (chemicals that cause cancer).(100) Water does not filter out many of these chemicals.(100) The toxic chemicals that come from the burning of the charcoal, tobacco, and flavorings. These chemicals can lead to cancer, heart disease, lung disease, and other health problems.(101) The toxic chemicals include tobacco-specific nitrosamines, polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs; e.g., benzo(a)pyrene and anthracene), volatile aldehydes (e.g. formaldehyde, acetaldehyde, acrolein), benzene, nitric oxide, heavy metals (arsenic, chromium, lead), and carbon monoxide (CO).(101) Hookah smoking also increases the amount of carbon monoxide (CO) in a person's body to eight times their normal level.(102) Compared to smoking one cigarette, a single hookah session exposes users to more carbon monoxide and PAHs, similar levels of nicotine, and lower levels of tobacco-specific nitrosamines.(7)(101) Because of inhaling these chemicals, hookah smokers are at increased risk of many of the same health problems as cigarette smokers.(9)(100)

Exposure to pathogens that cause infectious diseases(edit)

When people share a hookah, there is a risk of spreading infectious diseases such as oral herpes, tuberculosis, hepatitis, influenza, and H. pylori.(103) Using personal disposable mouthpieces may reduce this risk, but does not eliminate it.(104)

Addiction to and dependence on hookah(edit)

Hookah smokers inhale nicotine, which is an addictive chemical. A typical hookah smoking session delivers 1.7 times the nicotine dose of one cigarette(105) and the nicotine absorption rate in daily waterpipe users is equivalent to smoking 10 cigarettes per day.(106) Many hookah smokers, especially frequent users, have urges to smoke and show other withdrawal symptoms after not smoking for some time, and it can be difficult to quit.(107)(108)(109)(110) These signs and symptoms of addiction and dependence are very similar to the signs of cigarette addiction. People who become addicted to hookah may be more likely to smoke alone.(111) Hookah smokers who are addicted may find it easier to quit if they have help from a quit-smoking counseling program.(108)(112)(113)

Short-term health effects(edit)

Carbon monoxide (CO) in hookah smoke binds to hemoglobin in the blood to form carboxyhemoglobin, which reduces the amount of oxygen that can be transported to organs including the brain. There are several case reports in the medical literature of hookah smokers needing treatment in hospital emergency rooms for symptoms of CO poisoning including headache, nausea, lethargy, and fainting.(114)(115)(116)(117) This is sometimes called "hookah sickness".(118) Hookah smoking can damage the cardiovascular system in several ways.(7)(9) Its use elevates heart rate and blood pressure.(119) It also impairs baroreflex control (which helps to control blood pressure)(120) and cardiac autonomic functioning (which has many purposes, including control of heart rate)(7)(121)(122) Hookah use also acutely harms vascular functioning,(119) increases inflammation,(123) and harms lung function and reduces the ability to exercise.(124)

Long-term health effects(edit)

Current evidence indicates hookah may cause numerous health problems.(7)(9)(100) Hookah smoking appears to increase the risk of several cancers (lung, esophageal, and gastric), pulmonary diseases (impaired pulmonary function, chronic bronchitis, and emphysema), coronary artery disease, periodontal disease, obstetrical and perinatal problems (low birth weight and pulmonary problems at birth), larynx and voice changes, and osteoporosis. Many of the studies to date have methodological limitations, such as not measuring hookah use in a standardized way.(9) Larger, high quality studies are needed to learn more about the long-term health effects of hookah use and of exposure to hookah smoke.(9)

Effects of secondhand exposure to hookah smoke(edit)

Second-hand smoke from hookahs contains significant amounts of carbon monoxide, aldehydes, PAHs, ultrafine particles, and respirable particulate matter (particles small enough to enter the lungs).(7) Study have found that concentrations of particulate matter in the air of hookah bars were in the unhealthy to hazardous range according to the U.S. Environmental Protection Agency standards.(125) The air in hookah bars also contains significant amounts of toxic chemicals including: aromatic hydrocarbons, carbon monoxide, nicotine, and trace metals. The concentrations in the air of all these toxic substances are greater than for cigarettes (for the same number of smokers per hour).(126) During a typical one-hour hookah session, a user expels into the air 2-10 times the amount of cancer-causing chemicals and other harmful chemicals compared to a cigarette smoker.(126) No studies have examined the long-term health effects of exposure to secondhand hookah smoke, but short term effects may include experience respiratory symptoms such as wheezing, nasal congestion, and chronic cough.(127)(128) Hookah bar employees, who often are exposed to toxic air for extended amounts of time, may be at especially high risk of health problems from secondhand smoke.

See also(edit)

References(edit)

  1. ^ a b The Ceylon Antiquary and Literary Register, Volume 1. The Times. 1916. p. 111. It has even drawn largely on English, and such words as daktar and platfarm, isteshan and tikat, trem-ghari and rel-ghari, registran karna and apil karna are as common as similar words are in Ceylon. To make up for it Hindustani has not only enriched the vocabulary of Anglo-Indian English with such words as topi and pugre, oheerot and hookah, dhoby and sepoy, ghary and tamasha, durbar and bukshish, Kachcheri and Punkah, but has contributed to it words like jungle, bazar, (and) loot.
  2. ^ a b Pathak, R. S. (1994). Indianisation of English Language and Literature. Bahri Publications. p. 72. Bhabani Bhattacharya, who uses Hindi words like taveez, laddoo, hookah, vaid und halwai, also makes deft employment of reverential term Bai for the heroine besides using exclamatory terms as Ho, Han (yes) and Ram-Ram.
  3. ^ Devichand, Mukul (25 June 2007). "UK | Magazine | Pipe dream". BBC News. Retrieved 3 September 2013. Despite being a recent addition to British culture, shisha has a long history. Many believe that it originated in India (known there as "hookah") about a thousand years ago, when more often the shisha pipe was used to smoke opium rather than tobacco.
  4. ^ The cyclopaedia of India and of Jordan and eastern and southern Asia, Volume 2. Bernard Quaritch. 1885. Retrieved 1 August 2007. HOOKAH. Hindi. The Indian pipe and apparatus for smoking.
  5. ^ Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Hookah" . Encyclopædia Britannica. 13 (11th ed.). Cambridge University Press. p. 670.
  6. ^ "WHO Study Group on Tobacco Product Regulation (TobReg) an advisory note Waterpipe tobacco smoking: dangerous health effects include risk to public safety if used by multiple users, research needs and recommended actions by regulators, 2005" (PDF). World Health Organization. Retrieved 3 September 2013.
  7. ^ a b c d e f WHO Study Group on Tobacco Product Regulation (2015). Advisory note: waterpipe tobacco smoking: health effects, research needs and recommended actions by regulator (PDF) (2nd. ed.). Geneva: World Health Organization.
  8. ^ Akl, EA; Gaddam, S; Gunukula, SK; Honeine, R; Jaoude, PA; Irani, J (June 2010). "The effects of waterpipe tobacco smoking on health outcomes: a systematic review". International Journal of Epidemiology. 39 (3): 834–57. doi:10.1093/ije/dyq002. PMID 20207606.
  9. ^ a b c d e f El-Zaatari, ZM; Chami, HA; Zaatari, GS (March 2015). "Health effects associated with waterpipe smoking". Tobacco Control. 24 (Suppl 1): i31–i43. doi:10.1136/tobaccocontrol-2014-051908. PMC 4345795. PMID 25661414.
  10. ^ a b c d e Sivaramakrishnan, V. M (2001). Tobacco and Areca Nut. Hyderabad: Orient Blackswan. pp. 4–5. ISBN 978-81-250-2013-4. The hookah is of historical interest. Portuguese merchants introduced tobacco leaves and European style pipes into Bijapur, the glittering capital of the Adil Shahi kingdom. From here, Asad Beg, the Moghul ambassador in Bijapur, took a large quantity of tobacco leaves and pipes to the Mughal court. He presented Emperor Akbar with some tobacco leaves and a jewel-encrusted European style pope. Out of courtesy and curiosity, Akbar took a few puffs, but his personal physician was worried that tobacco smoke, a hitherto totally unknown substance, might be dangerous. So, he suggested that the smoke be purified by passing it through water, before being inhaled. Thus, the hookah, or water pipe, came into being.
  11. ^ a b The Wealth of India. Council of Scientific & Industrial Research. 1976. Retrieved 1 August 2007. The smoking of hookah and hubble-bubble started in India during the reign of the great Moghul emperor, Akbar
  12. ^ a b Khaled Aljarrah; Zaid Q Ababneh; Wael K Al-Delaimy (2009). "Perceptions of hookah smoking harmfulness: predictors and characteristics among current hookah users". Tobacco Induced Diseases. 5 (1): 16. doi:10.1186/1617-9625-5-16. ISSN 1617-9625. PMC 2806861. PMID 20021672. Hookahs originated in India in the 15th century and then spread to the Near East countries. Hookahs spread first to Persia and underwent further changes to its original shape to the current known shape. In the middle of the 16th century, hookahs reached the Ottoman Empire, Egypt, and other Mediterranean regions.
  13. ^ "ḠALYĀN – Encyclopaedia Iranica". www.iranicaonline.org. Retrieved 29 May 2019. It seems, therfore, (sic) that Abu’l-Fatḥ Gīlānī should be credited with the introduction of the ḡalyān, already in use in Persia, to India.
  14. ^ Nichola Fletcher (1 August 2005). Charlemagne's tablecloth: a piquant history of feasting. Macmillan. p. 10. ISBN 9780312340681.
  15. ^ Sandra Alters; Wendy Schiff (28 January 2011). Essential Concepts for Healthy Living Update. Jones & Bartlett Learning. ISBN 9780763789756.
  16. ^ Prakash C. Gupta (1992). Control of tobacco-related cancers and other diseases: proceedings of an international symposium, January 15–19, 1990, TIFR, Bombay. Prakash C. Gupta. p. 33. ISBN 9780195629613.
  17. ^ Chopra, H. K.; Nanda, Navin C. (30 December 2012). Textbook of Cardiology (A Clinical & Historical Perspective). JP Medical Ltd. ISBN 978-93-5090-081-9.
  18. ^ Qasim H, Alarabi AB, Alzoubi KH, Karim ZA, Alshbool FZ, Khasawneh FT (September 2019). "The effects of hookah/waterpipe smoking on general health and the cardiovascular system". Environmental Health and Preventive Medicine. 24 (1): 58. doi:10.1186/s12199-019-0811-y. PMC 6745078. PMID 31521105.
  19. ^ Qadeer, Atlaf (2011). "The Socio-Cognitive Dynamics of Hindi/Urdu Lexemes in the Concise Oxford English Dictionary" (PDF). Retrieved 8 October 2016.
  20. ^ Pathak, R. S. (1994). Indianisation of English Language and Literature. Bahri Publications/. p. 24. In the domain of philosophy, religion and fine arts, particularly music, the words come entirely from Hindi-Sanskrit. The commonest ones are puja, bhajan, shastra, purana, karma, vina, raga, etc. Finally, common festivals and socio-cultural institutions throughout the country provide such terms as Holi, Dee(pa)wali, brahmin, sudra, hookah, bidi, budmash, shikari und so weiter.
  21. ^ Steingass, Francis Joseph (1884). The Student's Arabic–English Dictionary. London: W. H. Allen. Retrieved 30 October 2019.
  22. ^ Brockman, LN; Pumper, MA; Christakis, DA; Moreno, MA (December 2012). "Hookah's new popularity among US college students: a pilot study of the characteristics of hookah smokers and their Facebook displays". BMJ Open. 2. 2 (6): e001709. doi:10.1136/bmjopen-2012-001709. PMC 3533013. PMID 23242241.
  23. ^ Dora-Laskey, Prathim-Maya. Postmodern Chic and Postcolonial Cheek: A Map of Linguistic Resistance, Hybridity, and Pedagogy in Rushdie's Midnight's Children. York University. pp. 190–193.
  24. ^ Cook, Vivian (9 December 2010). It's All in a Word: History, meaning and the Sheer Joy of Words. Profile Books. p. 72. ISBN 9781847653192. Ever since the British went to India, many words from Indian languages have travelled in the reverse direction. The changing historical relationship between the two countries is shown in the different kinds of words that the English language borrowed at different periods, according to the Indian expert Subba Roa. In the seventeenth century, it was trade that counted. The names of Indian places were used for particular materials, such as calico (a city) or cashere (Kashmir). In the eighteenth century, though trade continued to bring in words such as jute und seersucker, influences came from Indian culture, such as hookah (alias hubble-bubble, a kind of smoking device), and the military, as in sepoy (native Indian soldier).
  25. ^ Memoirs of William Hickey (Volume II ed.). London: Hurst & Blackett. 1918. p. 136.
  26. ^ http://forvo.com/word/%D8%A3%D8%B1%D8%AC%D9%8A%D9%84%D8%A9/ Forvo – Pronunciation in Arabic
  27. ^ "Nargile". mymerhaba. Archived from the original on 27 May 2009. Retrieved 3 September 2013.
  28. ^ "Smoke like an Egyptian—Sri Lanka". Lankanewspapers.com. Retrieved 22 August 2010.
  29. ^ "Nargile on the map". ezglot. Retrieved 29 April 2017.
  30. ^ "Diccionario de la lengua española – Vigésima segunda edición" (in Spanish). Buscon.rae.es. Retrieved 22 August 2010.
  31. ^ "Diccionario de la lengua española – Vigésima segunda edición" (in Spanish). Buscon.rae.es. Retrieved 22 August 2010.
  32. ^ "تعريف و معنى شيشة في معجم المعاني الجامع". المعاني – معجم عربي عربي. Almaany. Retrieved 29 April 2018.
  33. ^ Rudolph P. Matthee (2005). The pursuit of pleasure: drugs and stimulants in Persian history, 1500-1900. Princeton University Press. p. 124. ISBN 978-0691118550.
  34. ^ "hookah". Reverso Dictionary. Reverso-Softissimo. 2017.
  35. ^ Robert Connell Clarke (1998). Hashish!. Red Eye Press. p. 140. ISBN 9780929349053.
  36. ^ "My Teachers And Jajjeer".
  37. ^ Melvin Ember, Carol R. Ember (2001). Countries and Their Cultures: Laos to Rwanda. Macmillan Reference USA. p. 1377. ISBN 9780028649498.
  38. ^ "Shisha King". Shisha King (in German). Retrieved 8 June 2018.
  39. ^ "Duden: Shisha". Duden (in German). Retrieved 30 November 2020.
  40. ^ John Adrian Rosit (1969). Adrian Rosit's Guide to THC. Rex Bookstore. p. 33.
  41. ^ "Shisha". Babylon FC. Retrieved 29 April 2018.
  42. ^ "Online Etymology Dictionary". Dictionary.com. Retrieved 30 June 2011.
  43. ^ "Hút shisha hay thuốc lá để đảm bảo sức khỏe". Binhshishagiare.com (in Vietnamese). 12 November 2018.
  44. ^ Rousselet, Louis (2005) (1875). "XXVII — The Ruins of Futtehpore". India and Its Native Princes: Travels in Central India and in the Presidencies of Bombay and Bengal (Reprint — Asian Educational Services 2005 ed.). London: Chapman and Hall. p. 290. ISBN 978-81-206-1887-9. According to tradition, it was here that he received the Jesuits of Goa, who brought him the leaves and seeds of tobacco and it was a Futtehpore that Hakim Aboul Futteh Ghilani, one of Akbar's physicians, is supposed to have invented the hookah, the pipe of India.
  45. ^ Blechynden, Kathleen (1905). Calcutta, Past and Present. Los Angeles: University of California. p. 215. It is said that it was in the early years of their settlement at Hughly that the Portuguese introduced tobacco to the notice of the Emperor Akbar, and that the Indian pipe, the hookah, was invented.
  46. ^ a b c Rousselet, Louis (1875). India and Its Native Princes: Travels in Central India and in the Presidencies of Bombay and Bengal. London: Chapman & Hall. p. 290. According to tradition, it was here that he received the Jesuits of Goa, who brought him the leaves and seeds of tobacco; and it was at Futtehpore that Hakim Aboul Futteh Ghilani, one of Akbar's physicians, is supposed to have invented the hookah, the pipe of India.
  47. ^ a b Razpush, Shahnaz (15 December 2000). "ḠALYĀN". Encyclopedia Iranica. pp. 261–65. Retrieved 19 December 2012.
  48. ^ "Tobacco". Encyclopaedia Iranica. Iranica online. 20 July 2009. Retrieved 3 September 2013.
  49. ^ "History of Shisha". ShishAware. Archived from the original on 12 May 2012. Retrieved 21 June 2013.
  50. ^ "An Oriental Delight". What I learned today. Medium. Archived from the original on 16 January 2014. Retrieved 21 June 2013.
  51. ^ "RestoratorChef Magazine #4 2013". Mittel. Retrieved 22 February 2015.
  52. ^ "Everything You Wanted to Know About Shisha Pipes". The Shisha Shop. Retrieved 9 June 2015.
  53. ^ "Business at hookah-less cafes go up in smoke". The Times of India. 7 June 2011. Archived from the original on 11 May 2013.
  54. ^ "Hookah". The Indian Express. Retrieved 8 June 2008.
  55. ^ Sajid, Khan; Chaouachi, Kamal; Mahmood, Rubaida (2008). "Full text | Hookah smoking and cancer: carcinoembryonic antigen (CEA) levels in exclusive/ever hookah smokers". Harm Reduction Journal. 5: 19. doi:10.1186/1477-7517-5-19. PMC 2438352. PMID 18501010.
  56. ^ "Sheesha ban smoked". The Pakistan Today. 8 July 2013. Retrieved 7 March 2015.
  57. ^ Kaneta Choudhury; S.M.A. Hanifi; Abbas Bhuiya; Shehrin Shaila Mahmood (December 2007). "Sociodemographic Characteristics of Tobacco Consumers in a Rural Area of Bangladesh". Journal of Health, Population, and Nutrition. 25 (4): 456–464. PMC 2754020. PMID 18402189.
  58. ^ Ahmed Shatil Alam. "Killer in disguise". The New Age. Retrieved 7 March 2015.
  59. ^ "Elections symbols prescribed". Bangladesh: a fortnightly news bulletin. 3. Embassy of Bangladesh. 26 January 1973. p. 4.
  60. ^ Colebrooke, Thomas Edward (1884). "First Start in Diplomacy". Life of the Honourable Mountstuart Elphinstone. pp. 34–35. ISBN 9781108097222.
  61. ^ Dikshit, K. R.; Dikshit, Jutta K. (21 October 2013). North-East India: Land, People and Economy. Springer Science & Business Media. ISBN 9789400770553.
  62. ^ Nepal, ECS. "Smoke on The Water: Hubby-bubbly .Hookah". ECS Nepal. Archived from the original on 24 July 2011. Retrieved 28 February 2011.
  63. ^ Shane Christensen (25 January 2011). Frommer's Dubai. John Wiley & Sons. p. 141. ISBN 9781119994275.
  64. ^ Fritz Allhoff (23 February 2011). Coffee – Philosophy for Everyone: Grounds for Debate. John Wiley & Sons. p. 10. ISBN 9781444393361.
  65. ^ Falsafī, II, p. 277; Semsār, 1963, p. 15
  66. ^ Falsafī, II, pp. 278–80
  67. ^ Rudolph P. Matthee (2005). The pursuit of pleasure: drugs and stimulants in Iranian history, 1500-1900. Princeton University Press. p. 139. ISBN 978-0691118550.
  68. ^ Chardin, tr., II, p. 899
  69. ^ Chardin, tr., II, p. 892
  70. ^ Tavernier apud Semsār, 1963, p. 16
  71. ^ Herbette, tr. p. 7; Kasrawī, pp. 211–12; Semsār, 1963, pp. 18–19
  72. ^ "Encyclopædia Iranica | Articles". Iranica.com. Retrieved 22 August 2010.
  73. ^ "Iranian Pure Tobacco". Iranian Tobacco Company. Iranian Tobacco Company. Retrieved 29 April 2018.
  74. ^ "Saudi Arabia bans smoking in public places". The National (Abu Dhabi). 31 July 2012. Retrieved 31 October 2014.
  75. ^ "Saudi Arabia Bans Smoking in Most Public Places". Huffington Post. Retrieved 31 October 2014.
  76. ^ Rastram, S; Ward, KD; Eissenberg, T; Maziak, W (2004). "Estimating the beginning of the waterpipe epidemic in Syria". BMC Public Health. 4 (32): 32. doi:10.1186/1471-2458-4-32. PMC 514554. PMID 15294023.
  77. ^ a b Ward, KD; Hammal, F; Vander Weg, MW; Maziak, W; Eissenberg, T (2006). "The tobacco epidemic in Syria". Tobacco Control. 15 (Supplement 1): i24–9. doi:10.1136/tc.2005.014860. PMC 2563543. PMID 16723671.
  78. ^ Kinzer, Stephen (10 June 1997). "Inhale the Pleasure of an Unhurried Ottoman Past". The New York Times. Retrieved 3 September 2013.
  79. ^ Crane, Howard (1988). "Traditional Pottery Making in the Sardis Region of Western Turkey". Muqarnas. 5: 12.
  80. ^ https://www.channelnewsasia.com/news/singapore/e-cigarettes-shisha-illegal-banned-tobacco-feb-1-9898420
  81. ^ "Use of Cigarettes and Other Tobacco Products Among Students Aged 13-15 Years – Worldwide, 1999-2005". CDC. Retrieved 22 August 2010.
  82. ^ Nairobians smoking shisha despite ban
  83. ^ Has the ban on shisha really worked
  84. ^ "Hubble-bubble as cafes go up in smoke". Independent Online. 14 October 2002. Archived from the original on 23 October 2012. Retrieved 22 August 2010.
  85. ^ van der Merwe, N.; et al. (2013). "Hookah pipe smoking among health sciences students". South African Medical Journal. 103 (11): 847–849. doi:10.7196/SAMJ.7448. PMID 24148170.
  86. ^ "The Mysterious Origins of the Hookah (Narghile)" The Sacred Narghile
  87. ^ Jillian Krotki (29 October 2008). "Hookah lounge brings '60s pastime back to the present". Seminole Chronicle. Archived from the original on 19 September 2012. Retrieved 3 September 2013.
  88. ^ Harben, Victoria (2 May 2006). "Beyond the Smoke, There is a Solidarity Among Cultures". Cgnews.org. Archived from the original on 17 October 2013. Retrieved 3 September 2013.
  89. ^ Lyon, Lindsay "The Hazard in Hookah Smoke". (28 January 2008)
  90. ^ Quenqua, Douglas (30 May 2011). "Putting a Crimp in the Hookah". The New York Times. Retrieved 3 September 2013.
  91. ^ "Tobacco Product Use Among High School Students" (PDF). Centers for Disease Control and Prevention. Centers for Disease Control and Prevention. 2019. Retrieved 8 July 2020.
  92. ^ Arrazola, RA; et al. (17 April 2015). "Tobacco use among middle and high school students–United States, 2011-2014". Mortality and Morbidity Weekly Report. 64 (14): 381–385.
  93. ^ Wang, TW; Gentzke, AS; Creamer, MR; et al. (6 December 2019). "Tobacco product and associated factors among middle and high school students–United States, 2019". Mortality and Morbidity Weekly Report. 68 (12): 1–22.
  94. ^ Creamer, MR; Wang, TW; Babb, S; et al. (15 November 2019). "Tobacco Product Use and Cessation Indicators Among Adults — United States, 2018". MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report. 68 (45): 1013–1019. doi:10.15585/mmwr.mm6845a2. PMC 6855510. PMID 31725711.
  95. ^ Wang, TW; Tynan, MA; Hallett, C; et al. (22 June 2018). "Smoke-Free and Tobacco-Free Policies in Colleges and Universities ― United States and Territories, 2017". MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report. 67 (24): 686–689. doi:10.15585/mmwr.mm6724a4. PMC 6013086. PMID 29927904.
  96. ^ "Hookah Charcoal Characteristics". Supreme Carbon Indonesia. Retrieved 3 September 2013.
  97. ^ a b Shihadeh, A (21 July 2002). "Investigation of mainstream smoke aerosol of the argileh water pipe". Food and Chemical Toxicology. 41 (1): 75–82. doi:10.1016/j.pbb.2004.06.005. PMID 15388286. S2CID 29182130.
  98. ^ Wakeham, H (1972). "Recent Trends in Tobacco and Tobacco Smoke Research". The Chemistry of Tobacco and Tobacco Smoke. Boston, MA: Springer. pp. 1–20. doi:10.1007/978-1-4757-0462-4_1. ISBN 978-1-4757-0462-4.
  99. ^ Shihadeh, Alan; Azar, Sima; Antonios, Charbel; Haddad, Antoine; et al. (September 2004). "Towards a Topographical Model of Narghile Water-Pipe café Smoking: A Pilot Study in a High Socioeconomic Status Neighborhood of Beirut, Lebanon". Pharmacology Biochemistry and Behavior. 79 (1): 75–82. doi:10.1016/j.pbb.2004.06.005. PMID 15388286. S2CID 29182130.
  100. ^ a b c d Akl, EA; Gaddam, S; Gunukula, SK; Honeine, R; Jaoude, PA; Irani, J (2010). "The effects of waterpipe tobacco smoking on health outcomes: a systematic review". International Journal of Epidemiology. 39 (3): 834–57. doi:10.1093/ije/dyq002. PMID 20207606.
  101. ^ a b c Shihadeh, A; Schubert, J; Klaiany, J; El Sabban, M; Luch, A; Saliba, NA (2015). "Toxicant content, physical properties and biological activity of waterpipe tobacco smoke and its tobacco-free alternatives". Tobacco Control. 24 (Supplement 1): i22–i30. doi:10.1136/tobaccocontrol-2014-051907. PMC 4345918. PMID 25666550.
  102. ^ Martinasek, MP; Ward, KD; Calvanese, AV (2014). "Change in carbon monoxide exposure among waterpipe bar patrons". Nicotine & Tobacco Research. 16 (7): 1014–9. doi:10.1093/ntr/ntu041. PMID 24642592.
  103. ^ "Hookah Smoking – A Growing Threat to Public Health" (PDF). American Lung Association. Retrieved 27 June 2018.
  104. ^ "Waterpipe and Hookah Smoking – A Dangerous New Trend". Simcoe Muskoka District Health Unit. 30 October 2015. Archived from the original on 25 June 2016. Retrieved 13 June 2015.
  105. ^ Eissenberg, T; Shihadeh, A (December 2009). "Waterpipe tobacco and cigarette smoking: direct comparison of toxicant exposure". American Journal of Preventive Medicine. 37 (6): 518–23. doi:10.1016/j.amepre.2009.07.014. PMC 2805076. PMID 19944918.
  106. ^ Neergaard, J; Singh, P; Job, J; Montgomery, S (October 2007). "Waterpipe smoking and nicotine exposure: a review of the current evidence". Nicotine & Tobacco Research. 9 (10): 987–94. doi:10.1080/14622200701591591. PMC 3276363. PMID 17943617.
  107. ^ Aboaziza, E; Eissenberg, T (March 2015). "Waterpipe tobacco smoking: what is the evidence that it supports nicotine/tobacco dependence?". Tobacco Control. 24 Suppl 1: i44–i53. doi:10.1136/tobaccocontrol-2014-051910. PMC 4345797. PMID 25492935.
  108. ^ a b Asfar, T; Al Ali, R; Rastam, S; Maziak, W; Ward, KD (June 2014). "Behavioral cessation treatment of waterpipe smoking: The first pilot randomized controlled trial". Addictive Behaviors. 39 (6): 1066–74. doi:10.1016/j.addbeh.2014.02.012. PMC 4141480. PMID 24629480.
  109. ^ Rastam, S; Eissenberg, T; Ibrahim, I; Ward, KD; Khalil, R; Maziak, W (May 2011). "Comparative analysis of waterpipe and cigarette suppression of abstinence and craving symptoms". Addictive Behaviors. 36 (5): 555–9. doi:10.1016/j.addbeh.2011.01.021. PMC 3061840. PMID 21316156.
  110. ^ Ward, KD; Hammal, F; VanderWeg, MW; Eissenberg, T; Asfar, T; Rastam, S; Maziak, W (February 2005). "Are waterpipe users interested in quitting?". Nicotine & Tobacco Research. 7 (1): 149–56. CiteSeerX 10.1.1.625.4651. doi:10.1080/14622200412331328402. PMID 15804687.
  111. ^ Maziak, W; Eissenberg, T; Ward, KD (January 2005). "Patterns of waterpipe use and dependence: implications for intervention development". Pharmacology Biochemistry and Behavior. 80 (1): 173–9. doi:10.1016/j.pbb.2004.10.026. PMID 15652393. S2CID 22556876.
  112. ^ Dogar, O; Jawad, M; Shah, SK; Newell, JN; Kanaan, M; Khan, MA; Siddiqi, K (June 2014). "Effect of cessation interventions on hookah smoking: post-hoc analysis of a cluster-randomized controlled trial". Nicotine & Tobacco Research. 16 (6): 682–8. doi:10.1093/ntr/ntt211. PMID 24376277.
  113. ^ Maziak, Wasim; Jawad, Mohammed; Jawad, Sena; Ward, Kenneth D.; Eissenberg, Thomas; Asfar, Taghrid (31 July 2015). "Interventions for waterpipe smoking cessation". The Cochrane Database of Systematic Reviews (7): CD005549. doi:10.1002/14651858.CD005549.pub3. ISSN 1469-493X. PMC 4838024. PMID 26228266.
  114. ^ Cavus, UY; Rehber, ZH; Ozeke, O; Ilkay, E (2010). "Carbon monoxide poisoning associated with narghile use". Emergency Medicine Journal. 27 (5): 406. doi:10.1136/emj.2009.077214. PMID 20442182. S2CID 2332261.
  115. ^ La Fauci, G; Weiser, G; Steiner, IP; Shavit, I (2012). "Carbon monoxide poisoning in narghile (water pipe) tobacco smokers". Canadian Journal of Emergency Medicine. 14 (1): 57–59. doi:10.2310/8000.2011.110431. PMID 22417961.
  116. ^ Lim, BL; Lim, GH; Seow, E (2009). "Case of carbon monoxide poisoning after smoking shisha". International Journal of Emergency Medicine. 2 (2): 121–122. doi:10.1007/s12245-009-0097-8. PMC 2700232. PMID 20157455.
  117. ^ Türkmen, S; Eryigit, U; Sahin, A; Yeniocak, S; Turedi, S (2011). "Carbon monoxide poisoning associated with water pipe smoking". Clinical Toxicology. 49 (7): 697–698. doi:10.3109/15563650.2011.598160. PMID 21819288. S2CID 43906064.
  118. ^ Pearl, Mike. "Is hookah sickness just carbon monoxide poisoning". Archived from the original on 15 June 2015. Retrieved 13 June 2015.
  119. ^ a b Alomari, MA; Khabour, OF; Alzoubi, KH; Shqair, DM; Eissenberg, T (2014). "Central and peripheral cardiovascular changes immediately after waterpipe smoking". Inhal Toxicol. 26 (10): 579–587. doi:10.3109/08958378.2014.936572. PMID 25144473. S2CID 30687980.
  120. ^ Al-Kubati, M; Al-Kubati, AS; al'Absi, M; Fiser, B. (2006). "The short-term effect of water-pipe smoking on the baroreflex control of heart rate in normotensives". Autonomic Neuroscience. 126–127: 146–9. doi:10.1016/j.autneu.2006.03.007. PMID 16716761. S2CID 31388586.
  121. ^ Cobb, CO; Sahmarani, K; Eissenberg, T; Shihadeh, A (2012). "Acute toxicant exposure and cardiac autonomic dysfunction from smoking a single narghile waterpipe with tobacco and with a "healthy" tobacco-free alternative". Toxicology Letters. 215 (1): 70–75. doi:10.1016/j.toxlet.2012.09.026. PMC 3641895. PMID 23059956.
  122. ^ St Helen, G; Benowitz, NL; Dains, KM; Havel, C; Peng, M; Jacob, P (2014). "Nicotine and carcinogen exposure after water pipe smoking in hookah bars". Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 23 (6): 1055–66. doi:10.1158/1055-9965.EPI-13-0939. PMC 4047652. PMID 24836469.
  123. ^ Hakim, F; Hellou, E; Goldbart, A; Katz, R; Bentur, Y; Bentur, L (April 2011). "The acute effects of water-pipe smoking on the cardiorespiratory system". Chest. 139 (4): 775–81. doi:10.1378/chest.10-1833. PMID 21030492.
  124. ^ Hawari, FI; Obeidat, NA; Ayub, H; Ghonimat, I; Eissenberg, T; Dawahrah, S; Beano, H (August 2013). "The acute effects of waterpipe smoking on lung function and exercise capacity in a pilot study of healthy participants". Inhalation Toxicology. 25 (9): 492–7. doi:10.3109/08958378.2013.806613. PMID 23905967. S2CID 22728685.
  125. ^ Kumar, SR; Davies, S; Weitzman, M; Sherman, S (March 2015). "A review of air quality, biological indicators and health effects of second-hand waterpipe smoke exposure". Tobacco Control. 24 Suppl 1: i54–i59. doi:10.1136/tobaccocontrol-2014-052038. PMC 4345792. PMID 25480544.
  126. ^ a b Daher, N; Saleh, R; Jaroudi, E; Sheheitli, H; Badr, T; Sepetdjian, E; Al Rashidi, M; Saliba, N; Shihadeh, A (1 January 2010). "Comparison of carcinogen, carbon monoxide, and ultrafine particle emissions from narghile waterpipe and cigarette smoking: Sidestream smoke measurements and assessment of second-hand smoke emission factors". Atmospheric Environment. 44 (1): 8–14. Bibcode:2010AtmEn..44….8D. doi:10.1016/j.atmosenv.2009.10.004. PMC 2801144. PMID 20161525.
  127. ^ Tamim, H; Musharrafieh, U; El Roueiheb, Z; Yunis, K; Almawi, WY (2003). "Exposure of children to environmental tobacco smoke (ETS) and its association with respiratory ailments". The Journal of Asthma. 40 (5): 571–6. doi:10.1081/jas-120019029. PMID 14529107. S2CID 35129626.
  128. ^ Zeidan, RK; Rachidi, S; Awada, S; El Hajje, A; El Bawab, W; Salamé, J; Bejjany, R; Salameh, P (August 2014). "Carbon monoxide and respiratory symptoms in young adult passive smokers: a pilot study comparing waterpipe to cigarette". International Journal of Occupational Medicine and Environmental Health. 27 (4): 571–82. doi:10.2478/s13382-014-0246-z. PMID 25012596.

External links(edit)

<!–
NewPP limit report
Parsed by mw1273
Cached time: 20210606185832
Cache expiry: 1814400
Reduced expiry: false
Complications: (vary‐revision‐sha1)
CPU time usage: 2.200 seconds
Real time usage: 2.590 seconds
Preprocessor visited node count: 8373/1000000
Post‐expand include size: 282232/2097152 bytes
Template argument size: 7696/2097152 bytes
Highest expansion depth: 13/40
Expensive parser function count: 18/500
Unstrip recursion depth: 1/20
Unstrip post‐expand size: 404256/5000000 bytes
Lua time usage: 1.292/10.000 seconds
Lua memory usage: 30794572/52428800 bytes
Lua Profile:
? 180 ms 13.6%
dataWrapper 140 ms 10.6%
Scribunto_LuaSandboxCallback::callParserFunction 120 ms 9.1%
type 100 ms 7.6%
Scribunto_LuaSandboxCallback::gsub 100 ms 7.6%
80 ms 6.1%
Scribunto_LuaSandboxCallback::find 80 ms 6.1%
Scribunto_LuaSandboxCallback::getExpandedArgument 80 ms 6.1%
recursiveClone 80 ms 6.1%
Scribunto_LuaSandboxCallback::sub 60 ms 4.5%
(others) 300 ms 22.7%
Number of Wikibase entities loaded: 0/400
–>

Freetobacco