Une réglementation pour la ecigarette

Les cigarettes électroniques ont besoin d’une réglementation pour protéger le public

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les cigarettes électroniques et les liquides qu’elles contiennent doivent être réglementés afin de protéger le public.

Il reconnaît que les cigarettes électroniques sont «susceptibles d’être moins toxiques que les cigarettes conventionnelles» mais qu’il a été constaté que certaines cigarettes électroniques contenaient des agents cancérigènes tels que le formaldéhyde et que «personne ne sait à quel point elles sont moins toxiques».

Il souligne la «grande variété de niveaux de substances toxiques et de nicotine» produite par les centaines de marques présentes sur le marché – seules quelques-unes ont été étudiées.

Pour cette raison, l’OMS veut que les cigarettes électroniques soient réglementées de la même manière que le tabac.

Dans l’intervalle, il est recommandé aux utilisateurs de choisir d’autres outils de remplacement de la nicotine, tels que des timbres, des gommes à mâcher et des inhalateurs.

L’industrie de la cigarette électronique estime que le rapport de l’OMS est imparfait.

« L’interprétation de l’OMS part toujours du principe du pire scénario, au point où il devient modérément malhonnête », déclare Tom Pruen, responsable scientifique en chef de l’Association de l’industrie de la cigarette électronique (ECITA).

« Cela exagère les petits risques et invente des risques qui ne semblent pas exister du tout », ajoute-t-il, évoquant un point du rapport où l’OMS affirme que l’exposition de seconde main à la vapeur de la cigarette électronique constitue un danger pour les non-fumeurs. et les femmes enceintes.

«Personne ne suggère aux non-fumeurs de prendre cela en masse. Mais 50% des fumeurs mourront de maladies liées au tabagisme. Et cela peut aider les gens à abandonner.

Freetobacco