Le lobby du tabac fait pression sur l’UE

Des compagnies de tabac sous le feu pour avoir fait pression sur l’UE

Le lobbying de sociétés telles que Philip Morris fait peser un risque sur la nouvelle loi européenne antitabac, ont déclaré les décideurs.

Le ministre lituanien de la Santé, Vytenis Andriukaitis, chargé de diriger le projet de loi à travers les institutions placées sous la présidence de son pays, a sonné l’alarme lors d’une conférence de presse à Vilnius.

Il a noté que les députés européens avaient récemment repoussé la loi à octobre de cette semaine à octobre, rendant plus difficile pour la Lituanie de conclure un accord final avant la fin de sa présidence de l’UE en décembre.

«Cela était dû aux réunions directes entre les lobbyistes embauchés et certains membres du Parlement européen. Au cours des 17 derniers mois, 233 réunions avec des lobbyistes de l’industrie du tabac ont été organisées. Environ 35% des membres du parlement ont été touchés par les lobbyistes d’une manière ou d’une autre », a-t-il déclaré.

Il a noté que les efforts de lobbying visaient les membres du Parlement européen des pays du Sud producteurs de tabac.

Il a déclaré que le retard « est une avancée majeure » pour l’industrie du tabac car la présidence grecque de l’UE, qui prendra le pouvoir en janvier, et qui est un tabac plus convivial, pourrait hériter du dossier.

S’exprimant lors d’un événement séparé à New Delhi, en Inde, mercredi également, le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a exprimé des préoccupations similaires.

Selon l’AFP, Chan a déclaré « la vaste armée » de lobbyistes qui combattent la politique de l’OMS dans le monde.

« L’exemple le plus récent concerne les efforts de la société de tabac Philip Morris pour saboter le vote sur une directive européenne forte sur le tabac », a-t-elle déclaré lors d’un forum organisé par une ONG indienne, la Public Health Foundation of India.

Elle a ajouté que l’intégrité de la Grèce était menacée parce que Philip Morris ouvrait maintenant un nouveau centre de distribution dans le pays à court d’argent.

« Ici, l’industrie compte sur le modèle historique selon lequel les intérêts économiques et commerciaux priment sur les questions de santé publique », a déclaré Chan.

La directive révisée de l’UE sur les produits du tabac (TPD) vise à interdire les cigarettes aromatisées et les amendes et à imposer des règles plus strictes en matière de mises en garde sanitaires, ainsi que d’autres mesures.

L’hebdomadaire britannique The Observer on Sunday a rapporté que Philip Morris avait embauché 161 personnes à Bruxelles et dépensé des millions d’euros pour tenter de lutter contre cette facture.

Une étude précédente, Corporate Europe Observatory, une ONG basée à Bruxelles, a révélé que 10 sociétés de tabac, 21 groupes de pression de l’industrie du tabac et 12 sociétés de relations publiques participaient à la campagne de démolition.

La DPT a été reportée en raison du scandale entourant l’ancien commissaire européen à la Santé, John Dalli.

Dalli, le rédacteur du projet de loi, a perdu son emploi l’année dernière après avoir prétendu avoir sollicité un pot-de-vin auprès d’une société de tabac suédoise.

Il a nié les accusations et a ensuite été acquitté par la police de Malte.

Selon ces faits, il était organisé dans le secteur du tabac pour gagner du temps.

Freetobacco